TF1 fait polémique avec sa liste de nominés pour la chanson de l'année ! [news]

  Poster par  |  il y a 2 ans
TF1 fait polémique avec sa liste de nominés pour la chanson de l'année !

TF1 a dévoilé il y a quelques jours de cela les nominés pour la chanson de l'année et cette liste ne fait pas l'unanimité..

Une liste que très peu représentative au niveau de la France

Ce sont 16 artistes francophones qui ont été désigné par la mythique chaîne de télévision pour concourir au titre de chanson de l'année. Parmi ces 16 nominés, seulement 4 titres sont issus du rap et plus généralement de la musique dite "urbaine".  Ce sont GradurDadju, Heuss l'Enfoiré et Jul qui auront la responsabilité de représenter la scène rap avec des titres comme Ne reviens pas ou Moulaga, véritables hits de fin d'année 2019. Néanmoins, cette liste est très loin de faire l'unanimité au sein de la communauté urbaine et cela se comprend. Depuis près d'une décennie, le rap et la musique urbaine en générale n'ont cessé de prendre de l'ampleur en France. De nos jours, le rap et/ou le Hip-Hop sont de loin les genres musicaux les plus écoutés en France. Par exemple, parmi les 10 morceaux les plus streamés en France en 2019, seuls deux d'entre eux sont étranger du Hip-Hop, le classement étant dominé par des titres comme Au DD de PNL ou encore Khapta d'Heuss l'Enfoiré et Fianso. Dans le même sens, selon la SNEP, les 5 artistes les plus streamés de 2019 sont tous des rappeurs

 

Après s'être rappelé le quasi monopôle que s'offre le rap dans le milieu musical, la liste annoncée par TF1 apparaît comme ridicule du fait que le titres de musique urbaine ne représentent même pas la moitié des nominés. Face à cette incohérence, internautes comme artistes relève cette injustice. C'est le cas de Maes, qui a tourné tout au long de l'année avec des titres comme Madrina en featuring avec Booba ou encore avec son hit envoûtant Street. Face à cette injustice le rappeur Sevranais s'interroge sur la méthode utilisée par la chaîne afin de désigner les 16 nominés, les qualifiants de "fils de putes" par la même occasion. 

-

Une liste qui rappelle le rapport qu'a le rap avec les médias généralistes.

Face à cette liste, bon nombre d'internautes ne se sont pas montrés surpris par cette injustice. Pour la grande majorité, le rap n'a plus rien à attendre des médias généralistes. Il est vrai que les rapports entre la musique urbaine et les médias généralistes ont toujours été assez particuliers. La plupart du temps, c'est à l'occasion des Victoires de la musique que cette relation ambigu est clairement visible. Généralement, comme pour cette liste proposée par TF1, c'est une question de représentativité. Malgré la prédominance du rap sur le milieux de la musique, le genre n'est pas plus représenté qu'avant lors de ces cérémonies. Parmi toutes les catégories des Victoires de la musique, seule deux d'entre elles mettent le rap à l'honneur, pour les prix d'album de musique urbaine de l'année et album rap de l'année. Par ailleurs, le rap n'est pas non plus prédominant dans les catégories où tous les genres musicaux restent éligibles. Artiste de l'annéeAlbum de l'année, autant de catégories où là aussi la musique urbaine n'est pas jugée à ce qu'elle représente réellement. Heureusement pour nous, certaine récompenses parviennent malgré tout à être décrocher par nos rappeurs, comme le duo des Tarterêts, qui a reçu le prix de la création audio-visuelle de l'année 2019 avec le clip de Au DD

Plusieurs questions viennent alors à l'esprit suite à ce refus de considération. Pourquoi et quelles sont les alternatives ? Le pourquoi du comment s'expliquerai par un phénomène bien ancré dans la musique : le mépris du rap par les autres genre, qui dure depuis bien longtemps et qui semble s'estomper, aux vues des tendances actuelles, poussant les artistes de la pop à urbaniser leur musique. Ensuite, les chaînes organisant ce genre de cérémonies ou de prix font partie des médias généralistes, qui ont pour public visé la ménagère de 50 ans que tout le monde connaît. Cela coule de source que ces cérémonies ne sont pas faites pour la jeune génération, celle qui vit quotidiennement avec du rap dans les oreilles. Alors quelles alternatives s'offrent à notre genre ? Les réponses sont multiples. Premièrement, ne plus rien attendre des médias généralistes et de la télévision. Les auditeurs ne regardent pas la télévision, tout passe par les réseaux sociaux et les plateformes de streaming. Le rap est devenu un genre tellement imposant dans l'industrie musicale que ce dernier ne dépend désormais plus que de lui même et il n'y a aucune plus-value à chercher une certaine reconnaissance des genres extérieurs au rap. C'est pourquoi la seconde réponse survient parfaitement à cette indépendance musicale. L'idéal serait, pour récompenser nos artistes comme il se doit, de créer notre propre cérémonie, avec nos propres prix et avec une justice parfaite. Tout cela n'est pas une idée nouvelle, certains grands noms du rap comme Olivier Cachin ou Mehdi Maïzi en parle depuis bien longtemps. Espérons donc qu'un jour cette cérémonie existe. Comme disait Damso dans Mort"Elle veut du love mais n'est pas objective avec son physique J't'aime pas comme les Victoires de la Musique"

 

Suivez-nous !

  Poster par  |  il y a 2 ans

  COMMENTAIRE(S)

    En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies.