CORRIGER LES PAROLES

Paroles: Parallèle

LI y a plus trop d'main dans la main
Tout le monde les a dans les poches
Triste comme un lundi matin
Ne vois-tu pas qu'le monde est moche ?
Même guitare, même baratin
Même refrain, même tralala

De l'amour, de la haine, mais de quel côté trouvera-t-on que la vie nous sera moins chienne ?
J'ai la foi, le pouvoir ne m'intéresse pas
J'construis car vouloir est essentiel
Bats les couilles de vos règles, de vos jolies robes
Cuillère après l'autre, c'est quand t'es môme
Tristement, l'amitié finit sur un gode
Les cœurs sont plats, l'argent donne des formes
Dis pas que tu m'aimes, l'amour c'est vicieux
Dis que tu me hais, c'est plus judicieux
Ça dure qu'un temps je ne crois plus aux vœux
J'mise sur ce que j'ai pu lire dans ses yeux
Un jour c'est blanc, un jour c'est noir
Rien de lavable quand tout est sale
L'Afrique a mal, tu vends des disques
Mais pour ton bled tu fais quedal
On jouit de la vie soit par amour
Ou derrière une vitrine c'est moins glamour
On s'menotte à des parallèles
De la même religion, on s'déteste c'est quand même fou
Avant de vouloir donner des conseils
Ferme ta gueule, relis tes convictions
La soustraction par la division
On renferme nos peurs dans la dérision
J'embrasse le verbe, j'caresse les mots
T'aimes pas ce que j'fais, va écouter les autres
Tu te dis mon frère : "J'vois pas les actes"
Plus de bâtards que de patriotes
La télévision a fait des putes
L'heure du goûter, des seins dans des pubs
Un monde virtuel qui se déshabille
Et le monde réel est à demi-nu
Tu lèves le poing pour l'injustice
Mais t'es bien ce connard qui bat sa femme
La paix te regarde à demi yeux
Qui perd une fleur fait naitre une flamme
Une parole peut vite sentir la merde
Soit tu tires la chasse ou soit t'avoues
Les chiottes restent toujours à leur place
Quand les hommes, eux, pissent un peu partout

L'égoïsme comme passion de soi
Le troupeau ne fuit pas l'fanatisme
La société ne nous change pas
C'est nos opinons qui nous déterminent
L'égoïsme comme passion de soi
Le troupeau ne fuit pas l'fanatisme
La société ne nous change pas
C'est nos opinons qui nous déterminent

La passion des mots c'est comme l'amour
J'raye, j'déchire, j'recommence
Homme solitaire sur Aznavour
J'mets d'la voix sur mes silences
Et tu danses, danses, danses
Sur la carotte qu’ils te mettent
Et tu chantes, chantes, chantes
C'qu’ils veulent entendre dans tes textes
À la lumière tout peut se voir
Mais c'est dans le noir que tout peut se lire
Avec des mots, tu peux y croire
Mais avec des actes tout peut s'écrire
À quoi cela sert de s'appartenir vu qu’on va tous crever seul

LI y a plus trop d'main dans la main
Tout le monde les a dans les poches
Triste comme un lundi matin
Ne vois-tu pas qu'le monde est moche ?
Même guitare, même baratin
Même refrain, même tralala
Même tralala, même tralala
LI y a plus trop d'main dans la main
Tout le monde les a dans les poches
Triste comme un lundi matin
Ne vois-tu pas qu'le monde est moche ?
Même guitare, même baratin
Même refrain, même tralala
Même tralala, même tralala
LI y a plus trop d'main dans la main
Tout le monde les a dans les poches
Triste comme un lundi matin
Ne vois-tu pas qu'le monde est moche ?
Même guitare, même baratin
Même refrain, même tralala
Même tralala, même tralala
LI y a plus trop d'main dans la main
Tout le monde les a dans les poches
Triste comme un lundi matin
Ne vois-tu pas qu'le monde est moche ?
Même guitare, même baratin
Même refrain, même tralala
Même tralala, même tralala
LI y a plus trop d'main dans la main
Tout le monde les a dans les poches
Triste comme un lundi matin
Ne vois-tu pas qu'le monde est moche ?
Même guitare, même baratin
Même refrain, même tralala
Même tralala, même tralala
  Poster par  |  il y a 7 mois  |  Artiste : Bakar