CORRIGER LES PAROLES

Paroles: Ciao

S’enchainent les jours d’hiver, mais bon il faudra s’y faire
Petit frère s’achète une kalash, finit dans les faits divers
Comment on en est arrivé là, bébé je t’avoue que je suis gué-lar
Je laisserai le temps sécher tes larmes, t’as touché mon cœur comme un bellâtre
Je me lève la nuit, je me roule un pilon
Beaucoup m’ont trahi, ici le temps est si long
Ils restent dans les canons pour le pardon du ciment
Comme une pile de savon je vole au-dessus des bâtiments
Les yeux sur moi mais je veux pas leur plaire, j’ai fait ça pour m’évader
Avant ça personne me regardait, seul OP j’ai volé une gardé
Pas invité dans ton merdier, un peu fonce-dé je fous la merde
Sur le terrain pas de passe dé, je dois t’effacer pour la mettre
Maman me disait souvent dehors c’est dangereux mon fils
Je lui dis vivre comme ces gens, non, non c’est pas ce qu’on vise
Pour ça je dois prendre des risques, je dois vendre des disques
Pour t’amener loin de ce ko, loin de ce ko trop de soucis d’aller-retours
J’ai mal à la tête je suis ko
Pendant qu’elle s’endors je lui chante à l’oreille bella ciao
Désolé je te laisse en route, pour toi surement je suis qu’un salaud
Je fais de l’or que pour les miens, je veille sur eux même de là-haut
Comme un lion, les kilos de shit sont dans l’Audi, passe vers Bayonne
Je roule un deux feuilles de blueberry, rate ou zayonne
Je veux le Cayenne, suite étoilée comme le Bayern
Ouais je suis ailleurs
Plus le temps, c’est toujours ça le thème
Le soleil et la pluie s’alternent, moi le nez je vois plus ta peine
Je m’énerve mais bon c’est ça que t’aime
C’est pas toi qui va me pousser au délit
De toute façon je suis même plus dans ton délire
Ouais, ouais je suis même plus dans ton délire
Plus le temps, c’est toujours ça le thème
Le soleil et la pluie s’alternent, moi le nez je vois plus ta peine
Je m’énerve mais bon c’est ça que t’aime
C’est pas toi qui va me pousser au délit
De toute façon je suis même plus dans ton délire
Maintenant je suis même plus dans ton délire
Je vois plus le nez je crois que je suis touché, sa mère
J’ai plus de repaires, je sais plus où je vais, je galère
Personne me parlait quand j’avais pas
Qui je suis vraiment vous le savez pas
Je vois des larmes dans les yeux de ma mère
Je rentre le soir dans un sale état
Je dors plus la nuit, je crois que je suis touché, sa mère
J’ai plus de repaires, je sais plus où je vais, je galère
Personne me parlait quand j’avais pas
Qui je suis vraiment vous le savez pas
Je vois des larmes dans les yeux de ma mère
Je rentre le soir dans un sale état
Je dors plus la nuit, je crois que je suis touché, sa mère
  Poster par  |  il y a 8 mois  |  Artiste : Dibson